DBR-RADIO BP 16 27 240 DAMVILLE Haute-Normandie France
"Ton amour vaut ce que tu es…"
Questions fréquemment posées sur Jeanne d'Arc : Nouveau : Vraie ou fausse Jeanne d'Arc : une mise au point. le dossier — Pourquoi écrivez-vous une série consacrée à Jeanne d'Arc ? Il y a des êtres dont la mémoire traverse les siècles. Aujourd'hui, à l'occasion du 600 ème anniversaire de Jeanne d'Arc, son énergie semble revenir, peut-être pour fermer la boucle cyclique ? Jehanne est une actrice de la méta-histoire de France, au delà des événements directs qui la concernent. Ce feuilleton, c'est un rendez-vous avec sa mémoire, en lien direct avec la nôtre. Aujourd'hui, ce feuilleton est devenu un livre… — C'est une histoire qui a 600 ans. En quoi cela nous concerne-t-il aujourd'hui ? Nos existences sont imbriquées les unes dans les autres. Nous sommes liés à nos contemporains, mais également à tous ceux qui, par le passé, ont contribué à nous construire. Parmi les héros qui marquent les repères de notre Histoire, il existe des êtres qui se sont distingués par un acte, un engagement. Jeanne d'Arc est une figure essentielle de l'histoire de notre nation. Elle est une fille du peuple, elle a parié sur la validité de ses perceptions intimes, elle a réussi là où la politique avait échoué. Elle est d'une vibrante actualité. Notre pays a grand besoin d'un renouveau identique. Il faut se souvenir qu'un tel séisme, aujourd'hui nécessaire , s'est produit il y a 600 ans. Je souhaite qu'un renouveau identique, adapté à notre époque, se réalise aujourd'hui, autour de valeurs spirituelles. Une sorte de révolution de l'Esprit, si vous voulez. — Luc Besson a fait un film sur Jeanne d'Arc. Qu'en pensez-vous ? Jeanne d'Arc, de Luc Besson, est un grand film. Même s'il s'est laissé un peu aller à la violence, je dois reconnaître qu'il a recherché une Jeanne humaine ; j'apprécie la dimension métaphysique qu'il donne à Jehanne, son rapport à la lumière, au symbolisme. C'est très rare dans le cinéma occidental qu'un cinéaste ait le courage — et la capacité intellectuelle — d'aborder la présence de l'Esprit. En ce sens, Besson a réalisé un chef d'œuvre. Quant aux rapports qu'elle entretient avec Charles VII, ils reposent, dans le film de Besson, sur un parti-pris politique. Je crois que la relation entre le roi et Jehanne était plus subtile, leur rapport construisant une unité d'ordre structurelle. Le film de Besson repose également sur la puissance de ses comédiens. Milla Jovovitch est réellement "habitée". Je crois qu'elle a "rencontré" Jeanne d'Arc. — Les procès de Jeanne d'Arc nous enseignent-ils quelque chose ? C'est un procès d'inquisition. Les gens n'ont aucune idée de ce que c'est : le prévenu n'a aucune chance. Il n'a pas d'avocat, et aurait-il un défenseur, qu'il ne peut en rien incurver la procédure. Il n'y a pas de débat contradictoire. C'est seulement depuis avril 2011 qu' en France, l'Avocat peut d'assister son Client lors d'une garde à vue… Il reste encore des progrès à faire, il faut par exemple que la méthodologie judicière évolue : la Police doit bannir de sa méthode la recherche des "aveux" et consacrer ses efforts à la recherche des preuves objectives, extérieures à l'auto-délation. La justice ne devrait jamais reconnaître la validité d'aucun "aveu", pour la simple raison qu'un être ne peut témoigner contre lui-même. Le droit anglo-saxon a intégré cette donnée sur laquelle nous devrions sérieusement réfléchir en France. C'est une des pièces essentielles du procès de Jehanne d'Arc : la recherche des aveux. La justice considère en effet que l'aveu constitue la preuve majeure, que la faute soit réelle ou imaginaire. En cela également, l'histoire de Jeanne d'Arc est d'une grande modernité, car aujourd'hui encore, les interrogatoires sont menés dans le but d'obtenir des aveux. Il faudrait qu'une loi mettre fin à la validité des aveux. Cela mettrait certainement les Policiers plus à l'aise dans l'exercice de leur difficile métier : ils pourraient se consacrer à la réelle investigation portant sur la réalité. Vraie ou fausse Jeanne d'Arc : certains pensent qu'elle n'est pas morte sur le bûcher… C'est une thèse qui a été développée au XIXème siècle. Elle est régulièrement reprise par des auteurs qui affirment en être les découvreurs. Récemment encore, le journaliste Martin Meissonnier en a fait un film pseudo-historique diffusé sur Arte. J'aurais apprécié qu'il ait raison et que Jeanne d'Arc se soit échappée de la forteresse de Rouen, ou qu'elle ait pu bénéficier d'une substitution de dernière minute… Hélas sa thèse, aussi séduisante soit-elle ne résiste pas aux travaux des historiens tels Olivier Bouzy. La mort de Jeanne d'Arc sur le bûcher ne fait aucun doute. Cette mort tragique l'inscrit dans la sublimité. Dans une fécondité qui se projette à travers les siècles. En son temps, elle a sauvé le pays du désastre et l'a inscrit sur une trajectoire unificatrice qui s'est perpétuée jusqu'à nos jours, autour d'un idéal spirituel. Son sacrifice donne à réfléchir. Cette femme s'inscrit dans la lignée des grands héraults de l'esprit. — Jeanne d'Arc est un thème qui a été repris par un parti politique… Jeanne d'Arc ne s'appartient qu'à elle-même. Elle n'est pas la propriété de telle ou telle mouvance sectaire, politique ou autre. En conséquence, elle ne peut être "récupérée" . Son symbole est pur. Jeanne d'Arc n'était membre d'aucun parti… Et pour cause ! La voix des anges est certainement plus fiable que celle d'un homme politique ! — Quelles sont vos références appuyant votre création radiophonique ? J'ai travaillé sur les documents authentiques de l'époque, c'est à dire les relevés d'origine établis par les greffiers du tribunal de 1431 et le rapport de l'inquisiteur Jean Bréhal qui rejugea toute l'affaire 25 ans plus tard, en 1456. Ensuite, j'ai étudié par mal de livres d'histoire, de Quicherat, Wallon et d'Anatole France. Mais à vrai dire, aucun historien ne donne la clé ouvrant le mystère de Jeanne d'Arc. Pour reconstituer les faits, il ne suffit pas de les dérouler selon le calendrier, il faut en concevoir la structure invisible. En cela, et c'est un ouvrage que je recommande à tout historien, il faut avoir lu " La Face cachée du Cerveau ", le code des archétypes du réel, de Dominique Aubier. C'est un outil indispensable pour qui veut saisir la notion de cycle. Pour bien aborder une telle épopée, il faut accepter que l'individu puisse être au service d'une cause qui le dépasse, et c'est le cas de Jeanne d'Arc. Elle s'est remise corps et âme à une possibilité de communication avec l'au-delà. Ce rapport avec l'Invisible est au coeur de son procès. Ce n'est pas sa personne que l'on juge ; en réalité, c'est son rapport intime avec l'Universel qui est passé en jugement. Les monstres qui prononcent la sentence sont des négationnistes, au sens le plus sauvage du terme. Dissimulés sous la respectabilité officielle, ils cherchent à écraser sous leur autorité toute possibilité de libération. Ce sont ce que l'on appellerait aujourd'hui des "collabos". La Pucelle d'Orléans a brisé cette soumission, à jamais. Elle a inscrit dans l'histoire de France le thème de la "Libération". Cette information depuis lors circule sur le territoire et traverse le temps. La "libération" est une donnée systémique fondamentale, dont Malraux a fait grand cas : la Pucelle lui a donné corps. Tout être, que ce soit Jeanne d'Arc, vous ou moi, nous pouvons être libres. Nous sommes déterminés par des forces qui nous projettent dans notre aventure de vie : le destin, ça existe. Avec elle cela a été une rencontre, par delà le temps. Ma référence, c'est cette rencontre avec elle. — Quel sont les projets en cours ? En cours de réalisation : Jehanne, la Délivrance En cours d'écriture : Les Sorcelleries Andalouses Radios — Quelles sont les radios diffusant vos feuilletons ? Nous travaillons avec 104 stations radios associatives francophones. En France, Belgique, Allemagne, Espagne, Grèce, Lituanie, Canada, Bolivie. — Quel est la réaction des auditeurs en terme de "retour" ? Les auditeurs apprécient toujours un produit de qualité faisant sens. Nos feuilletons radios sont des produits culturels qui s'adressent à un large public. Nous respectons les auditeurs en leur proposant de la qualité. Leur réponse est la fidélisation à la série. Je reçois quantité de courriers de personnes qui apprécient les séries, et à tous je leur dis "merci" de leur attention !
Les minutes du Procès Histoire de Jeanne d'Arc Télécharger le dossier Grand feuilleton radiophonique 25 épisodes de 20 minutes Pour les radios associatives francophones. Cette série est dégagée de toute influence politique.
Jehanne, la Délivrance Conférences LE LIVRE Concepts de la série India Contact Le supplice DBR-RADIO BP 16 27 240 DAMVILLE Haute-Normandie France
Nouveau :
English Remerciements aux Mécènes Questions fréquentes NOUVEAU : LE LIVRE ! Retour accueil Jehanne , la Délivrance
Vraie ou fausse Jehanne ? Spécial RadiosDécouvrez le livre : Jehanne, la Délivrance. Pour ceux qui veulent en savoir plus sur l'histoire de Jehanne d'Arc et pour aller plus loins que les clichés. PARTICIPEZ AU MÉCÉNAT POUR SOUTENIR LA PRODUCTION DE LA SÉRIE RADIO !