Canto de María Clara Yo te diré / Los últimos de Filipinas Mga indio at kastila
Mi ùltimo Adios
Manuscrit original du dernier poème de José Rizal: Mi ùltimo Adiòs. Rédigé quelques heures avant son exécution, il en a dissimulé le texte dans la lampe à huile qu’il a remise à sa sœur.
Mon ultime adieu (Mi ùltimo Adiòs) Adieu, Patrie adorée, terre aimée du soleil, Perle de la mer d’Orient, Eden perdu, Je vais t’offrir, heureux, ma vie. Et fût-elle plus fraîche, plus épanouie, plus étincelante C’est à toi que je la donnerais ! Sur les champs de bataille, sans regrets ni doutes, D’autres luttent avec fougue : ils t’offrent leur vie. Et qu’importe le lieu ! Sous les cyprès, les lauriers, les lys, Sur l’échafaud ou à découvert, combat ou martyre Nulle différence entre eux quand Pays et Foyer les appellent ! C’est ma mort. Le ciel perce la lugubre cape Se colore, annonce le jour. As-tu besoin de rouge pour teindre ton aurore ? Verse mon sang, répands-le sans tarder Et dore-le d’un reflet de sa naissante lumière ! J’étais adolescent que déjà mon rêve Mon rêve de jeunesse —une jeunesse si vigoureuse Était de te voir, les yeux exempts de larmes, sans froncements Oh joyau de la mer d’Orient, Le front lisse, sans rides, sans rougeurs Idéal de ma vie, désir ardent ! Cette âme qui bientôt s’en ira te salue ! Ah, qu’il est doux de tomber pour te donner un élan Mourir pour te donner vie, mourir sous ton ciel, Reposer à jamais en ta terre délicieuse ! Si sur ma tombe, dans l’herbe épaisse, Tu vois un jour pousser une humble fleur, Porte-la à tes lèvres et embrasse mon âme. Sous la pierre glacée, je sentirai sur mon front Ton tendre soupir, ta chaude haleine. Laisse la lune, qu’elle me voie, de sa douce et paisible lumière Laisse l’aube, qu’elle m’offre sa splendeur fugace Laisse le vent, qu’il gémisse de son grave murmure Et si un oiseau descend et se pose sur ma croix Laisse-le, qu’il entonne son cantique de paix ! Laisse le soleil, que sa braise évapore les pluies Qu’elles remontent, pures dans le ciel, augmentées de mon cri ! Permets qu’un ami pleure ma fin précoce Et dans la sérénité du soir, si quelqu’un prie pour moi Toi aussi, Patrie, prie pour mon repos. Prie pour tous ceux qui sont morts dans la détresse Tous ceux qui subirent des tourments immenses Pour nos pauvres mères qui se morfondent de chagrin Nos orphelins, nos veuves, le prisonnier qu’on torture Prie pour toi-même, ta rédemption Quand la nuit obscure recouvre les sépultures Et que seuls les morts veillent en sentinelles Ne trouble pas leur repos, ne trouble pas le mystère : Entends - tu une cithare ou une harpe ? C’est moi, chère Patrie, c’est moi qui chante pour toi. Quand ma tombe, oubliée de tous, N’aura ni croix ni pierre marquant mon lieu Qu’un homme en disperse le sable Et que la poussière des mes cendres, Avant de regagner le néant, te serve de tapis. Il importe peu que tu m’oublies Ton air, ton ciel, tes vallées, je les traverserai Pour toi, ton ouïe, je serai note claire et cristal Parfum, lumière, couleur, rumeur, chant, plainte : Inlassable répétition de l’essence de ma foi. Patrie tant aimée, douleur de mes douleurs Chères Philippines, écoutez cet ultime adieu ! Je vous abandonne tout : mes parents, mes amours. Je vais là où il n’y a ni esclave, ni maître, ni tyran Je vais là où la foi ne tue point, là où seul règne Dieu Adieu parents, frères, fragments de mon âme Amis de mon enfance, amis de ce foyer perdu Rendez grâce, que ce jour épuisant s’achève Adieu, douce étrangère, mon amie ma joie, Adieu êtres aimés. Mourir, c’est se reposer. (Traduction Dominique Blumenstihl)
Laisse la lune, qu’elle me voie, de sa douce et paisible lumière Laisse l’aube, qu’elle m’offre sa splendeur fugace Laisse le vent, qu’il gémisse de son grave murmure Et si un oiseau descend et se pose sur ma croix Laisse-le, qu’il entonne son cantique de paix ! José Rizal
La traduction Mi ultimo Adios , le dernier poème de José Rizal a été publiée dans la revue Revista Filipina, Tome XI, n°2, en automne 2007 Sous la direction de Edmundo Farolàn.
Hommage à José Rizal Rizal, Don Quichotte des Philippines Liens Rizal kabbaliste Documents-photos Contacts Mi ùltimo Adios Rizal ophtalmologisteDBR-RADIO BP 16 27 240 DAMVILLE Haute-Normandie France
José Rizal, Don Quichotte des Philippines
Un livre à découvrir : José Rizal, Don Quichotte des Philippines . 384 pages, ouvrage relié. Pour les Amis de José Rizal. Pour les Amis des Philippines.
José Rizal Don Quichotte des Philippines Hommage à José Rizal José Rizal, héros national des Philippines. Médecin, lecteur de Don Quichotte kabbaliste, initié.